Tu Seras Mon Fils

Publié le par Ashtray-girl

 

camera Vu le 17/09/11

 

Tu-seras-mon-Fils-1.jpg 

 

3_etoiles.jpeg (-)

 

080514 HD-Parole3

En bref:

 

 

Bel hommage à la vigne, au terroir, Tu Seras Mon Fils prend pour écrin les splendides arpents de Saint Emilion pour dérouler le fil de cette chronique familiale atypique, cruelle, sur la stérilité affective d'un père à l'égard d'un fils spolié, pourtant déterminé à briller aux yeux de son géniteur, vigneron passionné mais glacial. Le patriarche a de plus grandes aspirations pour sa succession. Il rêve d'un fils qui serait autre, plein de charisme, d'allant, de fougue, un fils qu'il admire sans avoir à le mettre à l'épreuve. Et le fils de son régisseur, justement, correspond parfaitement à ses ambitions paternelles contrariées. Dés lors, le rejet du fils légitime ne connait plus de limites, et l'impensable est en marche. Est-il concevable d'adopter un garçon non orphelin, quand sa propre progéniture ne connait aucun égard?

 

Gilles Legrand signe un drame humain teinté de thriller, aussi brumeux que l'aube sur la vigne, aussi ennivrant que le soleil dorant les grains de raisin et jouant entre les feuilles. Tour à tour exaltant et glaçant, le film tient ses promesses sur les deux tableaux: celui d'une immersion inédite dans l'univers viticole, absolument passionnante, et celle du chassé-croisé pères-fils, poignant et accablant. Je regrette juste de n'avoir pas assisté à une "vraie" partie d'échecs, car les trois quarts du film, et malgré leur composition irréprochable, Lorànt Deutsch et Patrick Chesnais font figure d'outsiders, eclipsés narrativement par l'imposant Niels Arestrup et Nicolas Bridet, solaire. Petit coup de coeur pour la prestation sans faute de Anne Marivin, épatante en femme à poigne.

 

Une composition sublime pour un quatuor millésimé, qui manque juste un poil de "stratégie" en cours de film, et aurait gagné à équilibrer un peu les chances entres les protagonistes, à l'image de son dénouement à la morale équivoque.

 

P.S.: Un film qui me touche d'autant plus que le personnage que campe Patrick Chesnais me rapelle un être cher...

 

ok

Pour ceux qui:

 

*Sont, comme moi, fascinés par l'univers du vin (je ne parle pas QUE de lever le coude, hein...)

*Ont besoin de voir un condensé de que le cinéma français a de plus précieux (des interprètes de talent, des dialogues affutés, de beaux enjeux dramatiques...) dans ses tiroirs.

 

warning%2015%20toxic

Déconseillé à ceux qui:

 

*Souffrent d'un quelconque complexe d'Oedipe, se terrent dans l'ombre d'un père trop exigeant, font tout pour épater leurs parents en vain... Ceux qui galèrent avec leurs vieux quoi. On ne vous donnera pas de recette miracle, ici.

*Adorent la bonne bouffe, le bon vin, ces choses qui font saliver mais qu'on peut de moins en moins s'offrir tellement ça douille question pognon... vous allez vous faire du mal, croyez-moi.

 

 

 

Publié dans Les T0pS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

dasola 30/01/2012 17:32


Bonjour, film à recommander pour la distribution, Arestrup en tête qui semble avoir été oublié aux César de cette année. Dommage.

Thomas Grascoeur 28/09/2011 16:29



Fascinant !



Platinoch 28/09/2011 15:34



Un bon film comme le cinéma français n'en produit pas assez. Même si l'histoire m'a par moment un peu gonflé (la reflexion sur la notion d'héritage notamment, l'improbabilité de voir un mourrant
empêcher son fils d'hériter d'un domaine viticole). Reste des dialogues savoureusement méchants et bien écrits et des acteurs trop rares alors qu'ils sont - une nouvelle fois - impeccables. Avec
une mention toute particulière pour la performance ultra puissante de Niels Arestrup. Ce mec est vraiment génial!



Ashtray-girl 29/09/2011 13:03



D'accord avec toi. Un film comme il y en a trop peu.