Super 8

Publié le par Ashtray-girl

 camera.gifCoup-de-coeur.jpg

 

 

 Vu le 14/08/11

 

 

 

 

4etoiles.jpeg (-)

 

Une critique, parce que Super 8 signe le revival d'un genre à la saveur déjà surannée...

 

Super 8 

 

J'adore quand j'attend un film avec impatience et que celui-ci est à la hauteur des grandes espérances fondées en lui. J'étais déjà emballée par le buzz, totalement amoureuse de l'affiche old school, alors quand Super 8 se dévoile enfin, l'extase est juste à portée de regard. Rien d'étonnant à cela quand on sait que c'est le génial J.J. Abrams qui est là chaperonné - que dis-je? Adoubé - par le monstre Spielberg himself.

 

Ce que j'aime avec J.J., c'est qu'il arrive à filmer un truc d'apparence banale - l'intro, par exemple - et à lui conférer une tension dramatique, une dose saturée de mystère impressionnante. Il sait filmer le réel et le "banal", les échanges entre individus, leurs rivalités, leurs inclinations, tout en y adjuvant un peu de fantastique, de bizarre, d'intangible... L'autre très bon réflexe de J.J., c'est de s'entourer d'acteurs méconnus, en devenir, ou tout simplement trop rares, comme l'excellent Kyle Chandler ou le prometteur Joel Courtney. Enfin, le gros atout de J.J., c'est de maîtriser son sujet et ce, (presque) jusqu'au bout.

 

Premier gros coup de coeur: l'ambiance. On retrouve celle des films de Spielberg d'il y a vingt, trente ans, ces films qui, gamins, nous collaient des étoiles pleins les yeux. Il y a quelque chose d' E.T., d'Indiana Jones et des Goonies tout à la fois réunis dans ce Super 8 qui prend alors des allures de pellicule volée dans les archives du maître, mais qui se révèle en fait un formidable hommage à son égard, à la fois bien d'aujourd'hui et empruntant aux standards d'hier. On y retrouve ce côté naïf, un peu infantile, des petites péripéties entre potes qui deviennent de grandes aventures grandeur nature. Le tout avec une mise en abîme savoureuse: le tournage amateur des gosses (foutrement doués, au passage) fait directement écho à l'intrigue du film, dont il est une sous-intrigue, et fait indirectement référence au tournage du film lui-même. Peut-être J.J. place-t-il un peu de lui et de ses débuts de cinéaste en herbe dans le personnage bonhomme et irrascible de Charles Kaznyk. Ou peut-être pas.

L'intrigue, la grande, introduite avec grand fracas par la plus belle catastrophe ferroviaire que j'ai vu jusqu'ici, est rondement menée, bien que, ironiquement, elle ne soit travaillée que comme une sous-trame de l'histoire, l'intrigue secondaire, s'attachant d'avantage aux personnages (on craque pour Elle Fanning), prenant invariablement le dessus sur la "menace", prétexte à quelques séquences d'apocalypse.

 

super 8 

 

L'émotion, l'humour, le suspens, tout est très bien dosé et s'imbrique sans mal dans un canevas prenant, réellement savoureux, jusqu'au bémol à la fois terrible et quasi inévitable d'une fin largement en-deça du reste du film, un poil bâclée, un poil trop mièvre, sans doute, et visuellement maladroite.

Portfolio nostalgique de ces années passion où le cinéma avait bel et bien le goût de l'aventure, Super 8 ravira les cinéphiles de tous bords, les cinéastes en culotte courte, les âmes en quête d'intrépidité...

Big crush.

Publié dans Les C0ups de C0euR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

inthecrazyhead 31/10/2011 19:48



Une belle réussite, un vrai bon vieux divertissement made in J.J ! J'ai tout aimé dans ce film et même la façon dont J.J joue avec ses deux histoires, on a un peu l'impression qu'il nous propose
deux choix : celles de rester concentrée sur la trame de la mystérieuse bête ou sur celle de l'évolution de la bande de gamins cinéastes pour en choisir une troisème : prendre tout. Un grand
divertissement et un excellent film !



Ashtray-girl 31/10/2011 20:58



Il est génial, ce film. Un vrai bon blockbuster de quand qu'on était gamins...



Jérémy 30/10/2011 20:56



Un excellent blockbuster, un brin nostalgique c'est vrai !


En même temps difficile de ne pas regretter l'époque où les grands films commerciaux parlaient avant tout des enfants, c'est à dire ceux que l'on a été et ceux que l'on reste. 'E.T.' est
certainement le chef d'oeuvre du genre.


Je suis d'accord sur la fin, même si son symbolisme m'a sans doute moins dérangé (quelle idée merveilleuse d'insérer les yeux de la mère dans ceux de la créature). Le meilleur film de l'été pour
ma part ;) .



Ashtray-girl 30/10/2011 22:23



Ouais, enfin, insérer les yeux de sa mère sur ce gros machin, t'avoueras quand même...


Ah, l'époque "E.T."... C'était le bon temps!



Squizzz 05/09/2011 14:26



Pour une fois je suis totalement d'accord avec toi (ça fait plaisir !). Sauf peut-être sur la fin, qui au départ m'a donné le même sentiment que toi, mais elle est un tel hommage vibrant à
E.T., et arrive à faire passer tellement d'émotions en quelques plans, que j'y ais finalement trouvé mon compte.



Ashtray-girl 05/09/2011 16:49



Je sais pas... Moi, le coup du vaisseau en aggloméré qui brutalement devient un joli truc flambant neuf, et pis le gamin qui lâche sa relique pour faire style qu'il a "enfin fait son
deuil", ça me parle moyen moyen...



Chris 02/09/2011 21:03



J'ai beaucoup aimé aussi, pour plein de raisons. Ellie Fanning est renversante, elle joue avec l'intensité d'une adulte, c'est sidérant. ET Kyle Chandler est pour moi le Coach Taylor de Friday
Night Lights, chef d'oeuvre méconnu !



Ashtray-girl 02/09/2011 22:41



Je dois visionner cette série très prochainement, même si je la "connais" depuis longtemps, je n'ai pas encore eu l'occasion de m'y mettre (comme souvent, hélas... :/). Elle Fanning est
effectivement bluffante.



Flow 30/08/2011 23:45



J'ai adoré mais pour moi, la fin est très réussie au contraire. Elle vient conclure l'enfance et le deuil du héros de très belle manière!



Ashtray-girl 30/08/2011 23:48



Mouais, mais visuellement, ça reste assez laid à mon sens... entre autres choses.