Petites confidences (à ma psy)

Publié le par Ashtray-girl

Petites confidences à ma psy

 

Critique du 09/05/2007

 

Dans la catégorie des films qui n'ont pas l'air d'être ce qu'ils sont...

 

Récemment divorcée, Rafi surmonte difficilement l'épreuve, mais son coup de foudre pour David, un peintre beaucoup plus jeune qu'elle, lui redonne goût à la vie. C'est naturellement qu'elle en parle à sa psy Lisa Metzger... pourtant, lorsque la psy découvre que le David en question n'est autre que son fils, les choses se compliquent...

 

Un postulat de base pas dégueu, des acteurs attirants (la belle Uma Thurman, le craquant Bryan Greenberg et la pétillante Meryl Streep) et le charme d'une comédie romantique sur fond de quiproquo familial, à priori, le film a de quoi attirer pas mal de monde.

Sauf que...

 

Le postulat de base - à savoir le fait que la psy sache que son fils juif de 23 ans sort avec une athée de 37 ans divorcée - qui aurait dû s'avérer savoureux et aurait pu se prêter à nombre de situations hilarantes, tombe rapidement en miettes... pratiquement immédiatement après que la psy apprenne la vérité en définitive (soit au bout de 20 - 25 minutes de film), ce qui rompt considérablement le rythme du film. La trame est mal ajustée, trop concentrée sur le couple ceci dit charmant formé par une Uma Thurman lumineuse et un Bryan Greenberg naïf (dans le bon sens du terme), d'une part, puis trop éparpillée d'autre part (on suit l'un des personnages, puis l'autre, chacun étalant ses états d'âme avec plus ou moins de brio, délaissant au passage l'élement principal du film, du moins tel que le titre le laisse entrevoir: la psy!) Les touches d'humour, disséminées un peu partout avec des gyrophares plutôt que de savants ressorts (la grand mère qui se tape la Petites confidences à ma psytête avec une poêle est cependant impayable) font le plus souvent flop. On attend désespérément que la mère/psy mette les pieds dans le plat et, lorsqu'elle le fait, là encore, le comique fait fausse route. On se surprend à penser que la patiente, Rafi, s'étale un peu trop sur sa vie sexuelle (rayonnante) en lieu et place de son récent divorce, par exemple... Côté comédie et psychanalyse, donc, on n'est pas à la fête. Même la tribu juive, qui aurait pu être infiniment mieux brossée et, surtout, plus présente, ne parvient pas à se faire une "vraie" place.

 

Le revers de la médaille, en revanche, s'avère tout aussi savoureux que la farce à laquelle on s'attendait d'abord, dans un tout autre registre. Ben Younger livre une romance douce-amère, dans l'air du temps, de celles qui mettent parfois mal à l'aise parce que pas en accord avec la "norme": celle d'une femme d'une quarantaine d'années avec un jeune homme. Sans jamais étiquetter cette relation, ni évoquer celles que l'on nomme aujourd'hui les "cougars", Younger livre une jolie et tendre réflexion sur ces passions qui consumment deux êtres opposés - par l'âge, la religion, l'éducation, la condition - ce qui les construit et, plus souvent encore, ce qui les fragilise et finit par les détruire. C'est dans cette réflexion sur l'amour et certaines de ses contradictions que le film trouve son essor, révélant sa véritable essence. Parallèlement, l'examen de conscience - bien que relégué au troisième plan - de cette psy new-yorkaise confronté au cas le plus épineux de sa carrière évoque tant la crise de la cinquantaine que la mauvaise foi dont l'on peut faire preuve en ce qui concerne ses préceptes (valables pour les autres, mais applicables aux siens). Mais, là encore, l'histoire gravite bien trop autour de l'idylle éclatante entre Rafi et David pour laisser suffisamment de latitude aux autres aspects pensés par Younger, mais mal diffusés à l'écran.

 

Petites confidences à ma psyEn bref, tout était là pour construire une comédie de qualité: les discordances religieuses, les différences d'âge, de milieu, d'éducation, des comédiens brillants (Meryl Streep sous exploitée ici, attendrissante en mère dépassée par son job), et une bande son plus que sympa... Mais le tout fait les frais d'une trame un peu branlante, qui nous laisse sur notre faim... Il n'en demeure pas moins un sympathique divertissement, qui ne vous prendra pas la tête, et qui vaut tout de même le coup d'oeil pour le sympathique duo Meryl Streep/Uma Thurman... et la romance, aux accents inédits.

 


 

 

*Indice de satisfaction: 2_etoiles.jpeg (++)

 

*1h45 - américain - by Ben Younger - 2006

 

*Cast: Meryl Streep, Uma Thurman, Bryan Greenberg, Jon Abrahams...

 

*Les + : Une très belle idylle, mature et fraîche à la fois... ;-)

 

*Les - : La comédie tacitement promise au départ n'est pas franchement au rendez-vous, au profit de la romance, qui éclipse tout le reste, ou presque...

 

*Lien: Fiche Film Allociné

 

*Crédits photo: © Universal Pictures

Publié dans Les EntrE-dEuX

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

2flicsamiami 13/11/2010 10:19


Entièrement d'accord avec ta critique très juste. Le coté comique n'est pas au rendez-vous et ne fait effectivement pas rire. Le film ne vas pas au bout de ses intentions et c'est dommage