Pendragon - 40 av. K.

Publié le par Ashtray-girl

Cette semaine, coup de projecteur sur la websérie Pendragon, qui revient sur les origines de la légende des chevaliers de la Table Ronde.

 

Pendragon

 

Créée, réalisée et interprétée par des fans de la série Kaamelott (forgée par Alexandre Astier), Pendragon situe son action dans le royaume de Logres, quelques 40 ans avant qu'Arthur lui-même règne sur la Bretagne. Clément Bastie, le créateur, a choisit de se pencher de plus près sur le destin de Uther Pendragon, le père d'Arthur.

 

La websérie reprend à son compte nombre de codes ayant participé au succès de Kaamelott (le cadrage, les décors minimalistes, le langage populo-médiéval, les scénettes calibrées...), tout en apportant une vision à la fois originale sur ce qui se veut être une génèse de Kaamelott, et un hommage à la série-mère. Pour autant, les très nombreuses références à Kaamelott, tant du point de vue des personnages que dans les dialogues, rendent quasiment indispensable le visionnage de la série d'A.A. D'ailleurs, on peut difficilement envisager, en l'état, l'adhésion des non-fans de K. à Pendragon, tant elle est à la fois son pendant inédit et l'élève appliquée du modèle.

 

 

La réalisation est efficace, d'autant que les moyens techniques de la troupe sont réduits (saluons au passage les partenariats ayant permis la reconstitution historique de l'ensemble), et les épisodes se tiennent, cohérents, bien rythmés, même si l'on peut regretter, peut-être, quelques plans un poil trop éloignés, parfois, et pas assez d'angles différents, qui dynamiseraient encore d'avantage le déroulement des intrigues. L'interprétation, quant à elle, est parfois maladroite, on sent la troupe amateure qui tâtonne encore pour trouver ses marques, mais l'ensemble est servi avec une telle ferveur que l'on passe facilement outre les petits défauts qui font aussi de Pendragon une création vraiment attachante, qui ne cesse de s'étoffer au fur et à mesure. J'ai, en plus, un méga coup de coeur pour le générique et la musique de Marc Fournier.

 

Vous l'aurez compris, je fonde de bien beaux espoirs en cette websérie, à laquelle je souhaite une belle exposition, et la maturité qu'elle mérite. Je ne saurais que trop, donc, vous conseiller, si le coeur vous en dit, d'aller visionner les 4 épisodes déjà en ligne (12 sont prévus), et de faire un saut sur le site officiel de Pendragon.

 

Rendez-vous tous les vendredis soirs pour la suite des aventures de Uther, Gorlois, Gralon, Merlin et les autres.

Publié dans Coup de projecteur

Commenter cet article