Love & other drugs

Publié le par Ashtray-girl

 

 camera.gifCoup-de-coeur.jpg

 

 

 Vu le 01/01/11

 

 

 

Love & other drugs 

 

080514 HD-Parole3

En bref:

 

2_etoiles.jpeg +

 

Tout premier film de l'année, vu collégialement avec des potes après un réveillon bien festif, Love & other drugs partait déjà gagnant avec moi. Pas seulement parce que j'étais passablement grisée (de vie, pas d'alcool, hein), mais parce que le cast, le thème, et le moment m'inspiraient très heureusement. Pourtant, s'il m'a globalement conquise, le film n'a clairement pas fait l'unanimité chez mes compagnons, certains le qualifiant très sévèrement et d'emblée de "pire film de l'année". Un 1er janvier, même avec la gueule de bois, ça me semble excessif. Pour ma part, j'en ai été sinon enchantée, tout du moins ravie, même si le déroulement de l'histoire, attachante comme autant de ces idylles improbables qui se nouent dans nos vraies vies, adopte des sentiers un peu trop chaotiques/noueux/mal balisés pour être complètement adoptée. N'en demeure pas moins un superbe duo d'acteurs, qui se révèlent ici sous une facette bien plus audacieuse qu'à l'accoutumée... So sexy.

 

ok

Pour ceux qui:

 

*aiment les bluettes pas trop cul-cul (mais du cul, y'en a, pour le coup)

*n'attendaient plus que de voir les fesses de Anne Jake pour être parfaitement comblé(e)

*sont à la recherche d'un job de commercial (y'a du niveau)

*sont phobiques de l'engagement

 

warning%2015%20toxic

Déconseillé à ceux qui:

 

*viennent de rompre

*ont des problèmes de libido, même avec la petite pilule bleue (mauvaise, je suis )

*sont phobiques de l'engagement

 

+ Le mot d'Anaïs: "Porno"

 

+ L'analyse express d'Alex: "1er janvier, et c'est déjà l'Apocalypse..."

Publié dans Les C0ups de C0euR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jérémy 18/04/2011 13:23



Oui, peut-être cohésion dans l'affinité de ces deux personnages.


Après, en ce qui concerne le sujet (aimer quelqu'un malgré la maladie) ca reste assez indigeste je trouve... :D



Ashtray-girl 18/04/2011 15:50



Balourd, oui...



Jérémy 18/04/2011 11:43



L'allure décomplexée du scénario est agréable je trouve aussi (surtout quand des scènettes sexuelles mettent en scène deux beaux acteurs... on est d'accord !) mais sinon c'est le vide sidéral, et
j'ai trouvé l'approche de la maladie vraiment très maladroite. C'est plus un argument de vente de pseudo originalité - en réalité on s'en balance qu'elle soit malade, sauf à la fin pouf ! - pour
dissimuler la réalité, c'est à dire une comédie romantique très potache quand même...



Ashtray-girl 18/04/2011 12:34



Potache peut-être pas quand même! J'ai trouvé que de ce côté-là, ils parvenaient à maintenir une certaine cohésion et, surtout, à évoquer assez fidèlement ces "liaisons" qui deviennent de
belles histoires, parfois. Pour ce qui est du reste, c'est clair, ça patine...



2flicsamiami 13/04/2011 16:26



De toute maniére, le réalisateur aurait choisit l'un ou l'autre des genres, j'aurais (je pense) tout autant détesté.



Ashtray-girl 13/04/2011 20:02



Pas forcément, ça aurait modifié le fond, la forme, le rythme... Là, on danse d'un pied sur l'autre, en somme.



2flicsamiami 13/04/2011 09:42



J'ai trouvé le traitement du Parkinson sans aucune finesse (le propos dégeulasse d'un mari en pleine réunion et la mise en scène qui en rajoute une tonne dans le larmoyant) et l'intrigue cousue
de fil blanc. Seul la description du metier de commercial dans la pharmaceutique m'a ammusé.


Et puis je déteste Anne Hattaway dans ce film, qui est ultra chiante.



Ashtray-girl 13/04/2011 12:14



J'ai trouvé qu'elle prenait des risques, moi. Le côté chiant de son personnage vient en grande partie de sa maladie. Maladie qui est, en effet, traité un peu trop légèrement. Je pense que
le défaut majeur du film, c'est de ne pas arriver à se décider entre deux genres bien distincts: le pathos, et la comédie sentimentale pure.



Flow 11/04/2011 12:48



Je ne sais plus trop, trop convenu et trop sérieux pour moi je pense^^