Le Temps Qu'il Reste - Chronique d'un absent-présent

Publié le par Ashtray-girl

>>>>>>>Critique en partenariat avec Cinétrafic

 

Le temps qu'il resteToujours dans le cadre de mon partenariat avec Cinétrafic, j'ai eu dernièrement l'opportunité de découvrir à la fois un cinéma que je n'avais encore jamais approché, et un artiste que j'aurais regretté de ne pas connaître: le cinéma palestinien, par le talentueux Elia Suleiman.

Impressions.

 

Du conflit israelo-palestinien...

 

Pour être tout à fait honnête, j'ai eu beaucoup de mal à entrer dans le film. Pas parce que son introduction est ratée - loin de là - mais parce que j'appréhende mal le conflit israélo-paléstinien qui sert d'écrin à cette chronique familiale en partie autobiographique. Non pas que je ne m'y sois jamais interressée (encore que), mais j'en maîtrise mal les tenants et aboutissants. De fait, la première partie du film (qui se décompose en quatre grands axes: 1948, 1970, 1980, de nos jours), la plus politique, qui revient sur la création de l'Etat d'Israël, m'a quelque peu désarçonnée. J'ai peiné à comprendre qui, quoi et pourquoi. Et puis le personnage principal entre en scène: Fuad, un membre de la résistance palestinienne, que l'on va suivre une partie du film, et qui incarne le propre père d'Elia Suleiman.

L'ensemble du Temps qu'il reste est à la fois en prise directe et distant de ce contexte géo-politique houleux, ne l'évoquant frontalement que pendant la période 1948, relégué en élément du quotidien le reste du temps. Elia Suleiman a en effet la dextérité nécéssaire pour que les deux aspects fondateurs de son film - le vécu familial et l'histoire de son pays - n'entrent pas en concurrence ni ne se parasitent, se conjuguant plutôt harmonieusement, sans nier l'existence de l'un ou de l'autre, tout en préservant leur essence principale. C'est à partir de 1970 que le récit acquiert donc une portée bien plus large, plus universelle, tant le conflit, faisant partie intégrante de leur vie, se fond en arrière-plan, révélant dés lors sa véritable richesse: celle des souvenirs de famille.

 

Le temps qu'il reste

 

Le Temps qu'il reste...

 

L'ensemble du film s'articule autour de scènes tragico-burlesques dont l'action qui paraît si lointaine tranche avec l'inertie de la caméra, posée là, en plan fixe, comme le témoin indiscret mais pudique de tranches de vie ne lui appartenant pas. Il y a quelque chose des Vacances de Monsieur Hulot ou de Mon oncle, de Jacques Tati, dans la façon de tourner d'Elia Suleiman. Un humour à la fois absurde et empreint de nostalgie, poussant la porte d'un passé tourmenté aux souvenirs pourtant si vivaces. Dans chaque plan, la drôlerie toute sarcastique de Suleiman sous-tend un propos plus amer, plus émouvant, parfois même gênant, sans pour autant qu'il porte jamais le moindre jugement de valeur sur ce qu'il filme (d'ailleurs, son personnage est muet, renforçant ainsi sa volonté de ne rien inluencer, de laisser les événements et les émotions s'y rattachant suivre leur cours). On a la sensation confuse et plaisante d'être assis derrière la caméra, à la place du réalisateur, tant celui-ci semble tout autant spectateur que nous de cette succession de saynètes au charme désuet, porteuses d'émotions brutes jamais induites, jamais marquées, tout en suggestion, où le rire et les larmes se côtoient. Le comique de répétition marche impeccablement, sans que cela semble lourd ou facile. L'absurde est un humour auquel j'adhère aisément, dans la mesure où il permet de soutenir le plus douloureux. L'ironie salutaire du Temps qu'il reste apporte une belle légèreté, une belle densité à l'ensemble, en même temps qu'elle achève d'en faire une oeuvre poétique et sincère, atypique et sans prétentions, ludique et émouvante, dont le rythme lancinant donne à réfléchir comme à contempler. Ainsi, le fait que les plans "prennent leur temps" m'a permis d'apprécier le travail exceptionnel sur le cadrage, la couleur, la lumière... comme autant de tableaux merveilleux s'échelonnant les uns à la suite des autres.

 

Elia SuleimanAu-delà d'un film étonnant à bien des égards, j'ai découvert un artiste unique, qui a su me plaire par sa démarche, sa patte, son processus de création. Dans le dvd, l'entretien (30 min.) avec Elia Suleiman est d'ailleurs un passage obligé pour mieux appréhender l'oeuvre, tant il y dévoile des clés essentielles à sa compréhension. Je l'ai trouvé passionnant, dans ses propos, dans ses idées, dans sa façon de s'exprimer, avec une philosophie et une sincérité toutes deux déconcertantes. Et pour achever de succomber au travail du monsieur, le court-métrage Irtebak, livré dans sa version courte et en version longue, est un pur bonbon!

 

Bref, j'ai énormément apprécié ce film dépaysant à plus d'un titre, poétique, sensible et drôlatique, élégant et équilibré, sans bien en comprendre pourtant toute la portée.

Je reverrais assurément ce film, pour tout ce qu'il m'a donné à voir et à ressentir, et pour ce que je n'y ai pas vu.

 


 

*Indice de satisfaction: 3_etoiles.jpeg

 

*1h45 - palestinien, français - by Elia Suleiman - 2009

 

*Cast: Saleh Bakri, Yasmine Haj, Elia Suleiman, Leila Muammar, Ziyad Bakri, Ali Suliman...

 

*Genre: Souviens-toi, mon fils

 

*Les + : Une image remarquable, une oeuvre puissamment évocatrice, poète, sensible et tragi-comique, qui fleure bon le chef d'oeuvre.

 

*Les - : La méconnaissance du conflit israélo-palestinien peut être un handicap - compensable - à la compréhension de l'oeuvre.

 

*Liens: Fiche film Allocine

              Site officiel

 

*Crédits photo: © Marcel Hartmann

 

 


 Le temps qu'il reste

Le Temps Qu'il Reste

Un film de Elia Suleiman avec Saleh Bakri, Elia Suleiman et Ali Suliman

Distribution: France Télévisions Distribution

 http://boutique.francetv.com/ 

Date de sortie : 24/02/2010

Publié dans Les G00dZ

Commenter cet article

Mahmud Levy 01/04/2010 01:49



Ouaaah tu te met au film d'auteur dis d'art et essaie, révolution !!!


Continue comme ça dis donc, est bientôt à toi les Almodovar, Van Sant, Kitano, Ozu, Akin, etc... :D


Comme quoi les films sérieux t'es capable :p je plaisanteee rooh. Bon bah faut que tu me prête ce dividi.


PS: QUOI tu as vu TOUT CE QUI BRILLE !!! XD 'tain tlm y va sans me le dire >_<



Ashtray-girl 01/04/2010 11:46



'Tention à tes vannes, Mahmud, je sais où tu crèches... Bref, je te le recommande ce dividi qu'evidemment je te
prêterais.


P.S.: Tout ce qui brille, ça s'est décidé 5 min avant le début du film, à l'impro. Et je te le conseille
aussi.