I Love You Phillip Morris

Publié le par Ashtray-girl

ILYPhillip Morris
Une affiche jaune fluo sur laquelle gambadent, sourires ultra-bright en avant, deux gays et leurs chiens miniatures, a déjà de quoi interpeler. A fortiori quand le titre, bleu aquarium, couronné d'un petit coeur, annonce clairement la couleur: une comédie romantique... homo. Déjà, ça bouscule sensiblement les habitudes... en bien.
Mais quand les têtes d'affiche s'avèrent être les très reconnus Jim Carrey et Ewan McGregor, là, logiquement, on se dit qu'il y a un truc à ne pas manquer (soit pour être le témoin d'une réussite fulgurante, soit pour assister à un ratage colossal), quand bien même on est persuadé que tout ce petit monde marche complètement sur la tête. Déjà, le capital sympathie du film est au top, et ce n'est pas la présence de Luc Besson - qui officie ici en tant que producteur éxécutif - qui va y changer quoi que ce soit.

Attention: méga coup de coeur!

"Is gay and stealing something that goes hand in hand, or?"

Tout commence sur les chapeaux de roues avec une introduction par lui-même du personnage central de ce film: Steven Russell. Une présentation pas piquée des vers qui nous fait remonter à la génèse de toute l'affaire, alors qu'il n'était encore qu'un gamin donnant des formes subjectives aux nuages dans le ciel. D'emblée, l'existence (réelle) de Steven prend un tour tragi-comique lorsque ses parents lui annoncent de but en blanc qu'il a été adopté (la scène est d'ailleurs très drôle), annonce qui va conditionner en partie le reste de sa vie. Dés lors, Steven suit un parcours ultra balisé, inspiré par les clichés sociaux et, surtout, par une mission qu'il s'est donné, et qui trouve son aboutissement dans une séquence là encore tragi-comique. Et puis, après apparut comme le bon citoyen, le bon flic, le bon mari, le bon père et le bon chrétien - bref, comme le fantasme américain de l'individu parfait - Steven achève nonchalamment son portrait en révélant qu'il est... gay. A partir de là, l'histoire prend un tour bien plus interressant. Car, alors que Steven a un accident de voiture alors qu'il rentre de chez l'un de ses camarades de jeu, celui-ci décide solennellement de cesser de se voiler la face, et de vivre son homosexualité au grand jour... mais pas seulement.

ilypm

Car on aurait tort de croire que le film ne traite que de l'homosexualité. Loin de là! Et c'est ce qui en fait toute la richesse à la fois narrative et suggestive. ILYPM (excusez le raccourci), s'attache premièrement à la personnalité d'un homme... qui ignore qui il est. En définitive, on assiste à la quête existentielle d'un type qui ne sait comment ni par quoi se définir autrement que par l'amour qu'il porte d'abord à sa mère, à sa femme, puis à Jimmy, et enfin à Phillip, le grand amour de sa vie. Pris dans un engrenage infernal dont il croit d'abord maîtriser la mécanique, il finit par s'enliser dans les diverses combines frauduleuses qu'il a lui-même mis en place, à l'image du héros de Soderbergh dans The Informant, Mark Whitacre, ou de Franck Abagnale Jr dans Catch me if you can de Spielberg. Fraudes à l'assurance, fausses identités, professions fantasmées, mensonges, voici le quotidien de Steven qui, s'il est conscient de ce qu'il fait et d ece qu'il risque, ne voit pas d'autres solutions pour à la fois épater son amant et assurer un train de vie plus que confortable à ses proches. ILYPM est avant-tout le portrait d'un homme victime de sa propre ambition, de sa déraison, et dont l'identité propre lui échappe complètement. Il ne vit que pour l'instant présent, sans se soucier (ou si peu) des conséquences de ses multiples larcins, résolu à mener la vie dont il a toujours rêvé. Une sorte d'escroc à la petite semaine, brillantissime cependant, dont la devise serait "carpe diem".

"I love you Phillip Morris!"

ilypmAnd I love him too! Si je n'avais pas de craintes particulières quant aux capacités de Jim Carrey à se fondre complètement dans ce rôle de gay excentrique, il n'en allait clairement pas de même concernant Ewan McGregor. Soyons honnêtes: la garçon a du talent, certes, mais qui l'aurait attendu dans un tel registre, franchement? Et bien il cartonne, le Ewan, et c'est rien de le dire! Il faut le voir pour le croire! Bluffant, vraiment. En vérité, des deux interprètes, il est celui dont l'homosexualité paraît la plus crédible (non pas que Carrey soit mauvais, mais plus présent dans un autre registre) ou, du moins, décelable sans être ostentatoire. Il est difficile de se figurer que le sage Obi-Wan de Star Wars ou le passionné Christian de Moulin Rouge puisse ici se muer en ce qui s'approche clairement de la damoiselle en détresse des contes de fées. Frêle, menu, tout de candeur et de douceur (il faut l'entendre en V.O.), il inspire immédiatement la sympathie, réveille nos instincts protecteurs, affûte notre perception du romantisme "au quotidien", suscite élans de tendresse et sentiments amoureux. On ne peut que tomber sous le charme de cette créature céleste, si douce, si fragile (mais loin d'être prude!)... et l'on comprend on ne peut mieux les mobiles de Steven, qui s'ammourache éperdument de son prince en détresse. En revanche, la réciproque n'est pas vrai. On peinerait sans doute d'avantage encore à comprendre l'attachement de Phillip pour Steven si le facteur "prison" n'entrait pas en ligne de compte. Car ce qui fait tout le charme du héros à ce point précis de l'histoire, c'est précisément la sollicitude et l'attention protectrice qu'il va porter à Phillip Morris au coeur du pénitencier - jungle dans la jungle s'il en est - multipliant les gages d'affection tous plus romantiques - et parfois ilypmdéroutants- les uns que les autres, provoquant maints remous autour d'eux, mais faisant en sorte que les contrariétés glissent sur eux et sur la bulle qu'il leur confectionne. C'est bien simple, on a l'impression d'assister à une romance lambda comme on en trouverait dans toute comédie romantique à la mode. A mi parcours, on a déjà complètement zappé qu'il s'agit là d'un couple homo, et on ne retient plus que la beauté et l'authenticité de leur romance ('sont vachement plus romantiques que des hétéros ceci dit), l'atypie de celle-ci se manifestant d'avantage au travers du personnage de Steven.
Dans le rôle de celui-ci, Jim Carrey se surpasse. Ne renonçant pour rien au monde à ses pitreries, il leur donne ici un sens nouveau, peut-être plus mature, qui va parfaitement dans le sens de ce personnage désaxé prêt à toutes les folies par amour. A la fois touchant, déconcertant et hilarant, il se démène tout le long pour embobiner son petit monde, son amoureux, et nous, public, qui sommes aussi dupes que les autres de ses tromperies. La force de ce personnage, d'ailleurs, réside clairement dans sa dimension auto-destructrice, tandis que l'on assiste, impuissants, au spectacle toujours ambivalent du type qui creuse sa propre tombe. Et c'est sans nul doute ce qui achève de faire de cette romance une histoire crédible de bout en bout: cette façon à la fois extravagante et typiquement humaine (c'est-à-dire avec son lot de grosses erreurs) qu'il a d'aimer, incapable de réfréner cette irrésistible ascension vers le plus, toujours plus, et la catastrophe attendue. On a cependant pas affaire une seule seconde à une forme de caricature quelconque: Steven est un être consistant, doux-dingue, mais avec ses fêlures, ses contradictions, et une complexité émotionnelle réelle, qui dissuade tout jugement à la hâte... et assure le parfait équilibre entre drame soft et comédie pure.

"Love sure is a funny thing: makes you happy, makes you sad, makes you do all sort of things you'd never thought you'd do before..."

ilypmAu-delà de cette romance assumée et parfaitement retranscrite, et au-delà du questionnement sur l'identité et le mensonge au travers du personnage de Steven, on assiste à une sorte de réflexion sur l'amour et ses conséquences. Ici, tout est prétexte aux situations les plus folles, puisque et parce que tout est question d'amour. C'est un fait acquis: on ferait tout, et bien plus encore, par amour. Les embûches semées ici et là, dans le parcours personnel de Steven d'abord, puis dans l'intrigue (réelle) ensuite, ne paraissent jamais insurmontables, tant la capacité de son héros à déplacer les montagnes est palpable. L'amour donne des ailes, et trouve ici une illustration pertinente de son expression. Il est d'ailleurs aussi intéressant de constater que tous les protagonistes de cette histoire agissent et réagissent par amour, que ce soit la femme de Steven (Leslie Mann), qui conserve d'excellents rapports avec lui, se refusant à le juger, Jimmy (Rodrigo Santoro), son premier compagnon, qui lui "offre" sa liberté sentimentale, ou Phillip lui-même qui, pourtant trompé par celui qui avait promis de le protéger, ne peut se résoudre à cesser de l'aimer. En cela, ILYPM est non seulement non pas un appel mais une affirmation de la tolérance (bien que la censure américaine vienne obscurcir ce beau tableau), mais aussi un fantastique hymne à l'amour, qui se garde de tomber dans le moindre cliché, jamais stéréotypé, portant ses coups toujours justes, et relevé d'un ton délicieusement anti-conformiste, émaillé de scènes déjà cultes.

En résumé, I Love You Phillip Morris fait mouche, dans tous les domaines, harmonisant avec bonheur tragi-comédie, comédie romantique, comédie de moeurs et plaidoyer intelligent, dans une mouvance politiquement pas correcte, et avec cette impression agréable de banalité familière sur un terrain pourtant encore jugé tabou. C'est impertinent - et pertinent d'ailleurs - réjouissant, attendrissant, hilarant, émouvant, bref, c'est très réussi, et c'est à ne surtout pas zapper.



*Indice de satisfaction: 4etoiles.jpeg

*1h36 - américain - by Glenn Ficarra, John Requa - 2010

*Cast: Jim Carrey, Ewan McGregor, Leslie Mann, Rodrigo Santoro...

*Genre: I love you, man

*Les + : Une interprétation aux petits oignons, une histoire admirable... Méga coup de coeur je vous dis! Merci à Luc Besson d'avoir permis la sortie de ce film!


*Les - : un petit passage à vide en moitié de film, rien de méchant...

*Lien:
Fiche film Allocine

*Crédits photo: © EuropaCorp Distribution

 

Publié dans Les C0ups de C0euR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pinksataniste 06/04/2010 17:35



Comme tu le dit, l'homosexualité n'est qu'une composante, une anecdote ; I love you P.M. est le portrait fin, malin et potache d'un personnage débridé et insaisissable, qui ne peut vivre et ne se
trouve de raison d'être que dans une quête absurde d'un amour qu'il passe son temps à poursuivre d'une façon aussi aberrante que passionnée. Une bonne comédie et agréable surprise pour ma part,
sans être un coup de coeur immodéré.



Nicolas 14/03/2010 20:35


 

Bonjour,


Je viens de créer une nouvelle communauté «Cré'arts graphique» qui s'adresse à tous ceux qui aiment l'art le graphisme, le dessin, la peinture et la création en général.


http://www.nicolaslizier.com/


http://www.over-blog.com/com-1150514594/Crearts_graphique.html


A bientôt


Nicolas graphiste au Canada



2flicsamiami 08/03/2010 10:48


Pour une fois que Besson sert à quelque chose :)
Je n'ai pas vu le film, mais je compte me rattraper en dvd. Ta critique me donne en tout cas beaucoup envie de découvrir ce film.


Ashtray-girl 08/03/2010 11:05


Tant mieux! N'hésite pas à revenir me dire ce que tu en as pensé quand tu l'auras vu