Essaye-moi - Il faut goûter avant de dire "non"

Publié le par Ashtray-girl

Critique du 24/11/2007

Gaff1587910273
Voilà mon constat: la comédie réchauffée est l'apanage des français, la comédie tout court, celui des britanniques, et la comédie romantique, enfin, celui des américains.

On ne compte plus le nombre de films à la guimauve plus ou moins réussis de nos amis d'outre-atlantique, quand chez nous, on se borne aux vaudevilles, un genre qui semble être cher à notre coeur, en France.

Une comédie romantique française? Il y a deux ans, je vous aurais répondu: "impossible à trouver, inconnu au bataillon". Une bonne comédie romantique française de surcroît? "Faut pas demander la lune, non plus!"
Il y a deux ans, j'aurais dit ça, oui.

Mais aujourd'hui, il existe le miraculeux Essaye-moi, et là ça change tout.



"- J'ai passé le week-end avec un cosmonaute qui voulait m'épouser. Il a brûlé ma cuisine après avoir fait les courses en premier de communion, puis on a kidnappé un gosse et on a cassé la voiture. Mais heureusement, le pingouin avait mis sa ceinture de  sécurité...
- C'est pour me montrer que j'ai une vie de merde que tu me racontes tout ça???"

C'est au génial PEF (Pierre François Martin-Laval de son petit nom), l'un des trublions de la311 3deb69df8ee56348cbefc9f153dba3d3 troupe des Robins des Bois, que l'on doit cette fable romantique aux saveurs enfantines qui nous redonne d'emblée un sacré brin de vigueur et de bonne humeur. Ce film m'a à ce point étonnée (dans le bon sens du terme) que j'ai véritablement du mal à en faire une critique objective. Du coup, je n'en ferais pas, de critique objective. Je vais me contenter de vous dire à quel point, après l'avoir essayé plusieurs fois, je l'ai aimé ce film-là.

L'histoire d'abord: à huit ans, Yves-Marie demande à sa jeune camarade, Jacqueline, dont il est fou amoureux, de se marier avec lui lorsqu'ils seront grands. Jacqueline, pas pressée pour deux sous, lui promet de l'épouser à condition qu'il aille dans les étoiles... Vingt ans plus tard, Yves-Marie est le plus jeune cosmonaute français à avoir été dans l'espace. Véritable icône, il n'en a cependant pas oublié le plus important: Jacqueline. De retour de mission, il frappe à sa porte et se rappelle à son bon souvenir, en lui demandant de tenir sa promesse. D'abord réticente, Jacqueline accepte de l'essayer pendant 24h. Mais c'est sans compter sur leurs caractères diamétralement opposés, les parents très beauf de la demoiselle (Isabelle Nanty, Wladimir Yordanoff), le fiancé passionné de chasse (Kad Merad) et le papa-poule du damoiseau (Pierre Richard)... Et comment la pingouin (Pica) va-t-il s'en sortir?

De prime abords, on pourrait penser que l'histoire est simpliste. En fait, je pense qu'on peut effectivement la considérer comme telle, mis à part qu'elle s'appuie sur un concept plutôt original: un test de compatibilité sur 24h, entre un cosmonaute infantile gaffeur et une jolie végétarienne on ne peut plus terre-à-terre. Etincelles et gags - réussis - garantis! Le tandem PEF/Julie Depardieu fonctionne du tonnerre, entre fraîcheur et candeur.

Ce film est un pur moment de bonheur, du début à la fin. PEF compile et s'approprie dans un style bien à lui (Ô combien délicieux) le meilleur de ce qui existe en matière de comédie romantique anglophone et le must de cet humour français que l'on arrive si peu à retrouver intact ailleurs... Ce film est un miracle, tant il semble ouvrir une fenêtre dans un coin de la pièce poussiéreuse qu'est le cinéma français: une brise s'y engouffre, ça sent le renouveau, l'insouciance, un petit côté magique plane dans l'air, réhaussé d'un grain de folie. Ouest France parlait de "burlesque poétique" à propos d'Essaye-moi, et c'est tellement ça. De la poésie d'hier conjuguée au présent de l'indicatif, sublimée d'adjectifs à la fois tendres et pétaradants.

Pas un faux-pas, pas une faute de rythme, pas une faute de goût. Même le casting est impeccable de bout en bout: Kad est excellent, parfait dans ce rôle de mec propre sur lui, Julie Depardieu rayonne, illumine l'ensemble, Isabelle Nanty (qui co-écrit l'ensemble), comme toujours, impayable dans ce rôle de mère dépassée et un brin noeud-noeud. C'est un bonheur de retrouver Pierre Richard, superbe dans sa composition de père célibataire doux-dingue et couveur. La géniale Marina Foïs fait quelques apparitions, trop brèves, mais excellentes. Quant à Pef... Que dire de lui, si ce n'est qu'il est parfait, à tous les niveaux, dans ce projet porté à bout de bras avec visiblement beaucoup de ferveur, et que je fonde en lui, en tant que réalisateur, de grands espoirs (pourvu qu'il s'y remette).

"Il faut goûter avant de dire non."

C'est un rêve éveillé, une constante réinvention de l'amour, de la séduction, et de la vie, en édulcoré, en très sucré, en merveilleux. Du rêve plein les yeux. Et une bande-son à faire fondre une banquise: "Please baby, love me always, including today...", "From the very start I knew, it was you..."

Par pitié, ne passez pas votre chemin si vous vous sentez l'âme romantique et/ou rêveuse: essayez-le. L'essayer, c'est l'adopter.



*Indice de satisfaction: 4etoiles.jpeg

*1h30 - Français - 2006 - by PEF

*Cast: PEF, Pierre Richard, Julie Depardieu, Kad Merad, Isabelle Nanty, Marina Foïs...

*Les + : Tout, du pingouin à la cape de zorro, en passant par le flan de courgette au soja...

*Les - : Franchement?

*Lien:
Fiche film Allocine

*Crédits photo: © ARP Sélection

Publié dans Les C0ups de C0euR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article