Box Office #1 - Première. Action!

Publié le par Ashtray-girl

oyez oyez

Press p_play.gif

"Tout cinéphile le sait: voir un maximum de films, c'est s'exposer à une pléiade d'impressions aussi diverses que variées, plus ou moins bonnes, plus ou moins évocatrices, et plus ou moins sujettes au partage de celles-ci.

Ceux qui me côtoient depuis un moment le savent: ce n'est pas parce que je n'écris pas la critique d'un film que je ne l'ai pas apprécié, et ce n'est pas nécéssairement parce que j'ai apprécié un film que j'en fais la critique.

En fait, bien souvent, je me retrouve un peu submergée par le nombre - non pas que je vois tant de films que ça, mais suffisamment pour en perdre le compte, parfois - et n'éprouve pas forcément ni le besoin ni l'envie de disserter sur le film que je viens de voir ou, plus précisément, sur le film que j'ai vu trois semaines auparavant, soit parce que l'inspiration me manque, soit parce que je n'en ai pas un souvenir suffisamment marqué.

 

Tout ça pour introduire cette rubrique, censée m'aider à résoudre cet épineux problème. Car j'ai mauvaise conscience à ne pas garder une trace, quelque part de ces films, dont le seul défaut est de ne pas m'avoir inspiré, sur le moment, autre chose que quelques mots approbateurs ou quelques critiques peu volubiles.

 

La rubrique Box Office tiendra donc le rôle de "check-up" pour tous les films "en retard" ou "pas inspirants", avec un rapide résumé de mon ressenti par rapport à eux, assorti d'une note, comme toujours, chaque fois que je prendrais un peu trop de retard - comme c'est le cas actuellement - sur mes critiques. Vous pourrez les retrouver sur la page Critiques on line, évidemment. En attendant un moment plus propice à une critique plus fouillée pour chacun d'entre eux...

Voilà!"

 

 

 

Ce Box Office #1 couvre les mois de Mars et Avril.

 


 

The Ghost WriterThe Ghost-Writer - 3_etoiles.jpeg (+)

 

Polanski signe là un thriller politique brillant, dans un jeu de miroir dont l'ironie acide pare subtilement l'atmosphère glacée et quasi claustrophobe de l'ensemble, se jouant presqu'entièrement à huis clos dans un décor exquis, loin de tout. Une demonstration de cinéma remarquable, sobre, efficace, des plans sublimés dans un camaïeu de gris hypnotiques, une distribution épatante (McGregor, Brosnan, Cattrall, Williams) en accord parfait avec la tension dramatique du récit, ses faux semblants et son tempo traînant comme les jours de pluie qui assaillent les protagonistes. Le tout semble creux mais recouvre une densité incroyable, dont la lenteur même est terriblement prenante et dont la tension, toujours palpable et glaçante, ne se relâche jamais. Un film qui renvoit directement aux déboires du réalisateur, tant dans son contenu que dans son montage, parfois plombant mais absolument séduisant, et dont l'apothéose oscille entre la fabuleuse scène de poursuite dans le dernier tiers du film, et son ultime plan, poétique au possible.

Subjuguant.

The Ghost Writer 

*2h08 - français - by Roman Polanski - 2010

*Cast: Ewan McGregor, Pierce Brosnan, Kim Cattrall, Olivia Williams, Tom Wilkinson...

 

valentine's day Valentine's Day - 2_etoiles.jpeg (+)

 

Un film chorale qui souffre difficilement la comparaison avec son confrère Love Actually, bien plus maîtrisé. Ici, il est question d'amour, évidemment, de couples qui se font, se défont, s'affrontent, se cherchent, ne se construiront pas, etc... Le déroulé du film est à l'image de son pitch: casse-gueule. On échappe hélas pas à la mièvrerie typique des romances made in U.S. qui se prennent trop au sérieux, dans ce qu'il y a de plus bas de gamme. Des fleurs, des chocolats, du rose un peu partout, et des coeurs à profusion, voilà le décorum essentiel d'un long métrage dont la seule richesse repose dans son casting éccléctique et désarmant, qui a le bon goût, lui, de ne pas hésiter à se tourner en dérision. Le tout se regarde sans déplaisir - avec à la clé quelques scènes très réussies, noyées dans la masse - mais sans grand intérêt non plus. Sans doute le pire de Garry Marshall.

Fadoche et trop long.

valentine's day  

*2h03 - américain - by Garry Marshall - 2010

*Cast: Julia Roberts, Jamie Foxx, Bradley Cooper, Jennifer Garner, Jessica Alba, Ashton Kutcher, Jessica Biel, Eric Dane, Patrick Dempsey, Anne Hathaway, Taylor Lautner, Taylor Swift, Topher Grace, Hector Elizondo, Kathy Bates, Queen Latifah...

 

mesures exceptionnelles Mesures Exceptionnelles - 2_etoiles.jpeg (+)

 

Sur la base d'une histoire vraie et d'une intention louable - faire découvrir au monde la rare mais meurtrière maladie de Pompe - Tom Vaughan livre un récit touchant, édifiant, mais un poil ennuyeux. On évite très heureusement l'écueil de la rançon émotive au profit du combat quotidien d'un couple décidé à sauver leurs enfants en dépit d'un système américain injuste. Problème: à trop vouloir coller à la "vraie" histoire des Crowley, le tout manque sérieusement d'allant, et peine à fédérer complètement tant les longueurs scénaristiques le plombent. Néanmoins, l'histoire est belle, pleine d'espoir et pas trop tartinée de ces bons sentiments dont raffole Hollywood, et vaut pour la prestation enthousiasmante de Harrison Ford en scientifique aigri adepte de la country.

Dispensable, mais pas désagréable.

mesures exceptionnelles 

*1h45 - américain - by Tom Vaughan - 2010

*Cast: Harrison Ford, Brendan Fraser, Keri Russell, Courtney B. Vance, Jared Harris, Patrick Bauchau, Meredith Droeger...

 

l'arnacoeur L'Arnacoeur - 3_etoiles.jpeg (-)

 

La comédie romantique n'est pas franchement le genre dans lequel les frenchy excellent. Pourtant, ici, la tendance semble tendre à s'inverser. Pascal Chaumeil articule son histoire autour d'un concept juteux: une entreprise briseuse de ménages qui vole au secours des amoureux abusés à la demande d'un proche, parent ou ami, moyennant finances. Là où la sauce prend franchement, c'est lorsque l'agence tous risques du coeur dévoilent peu à peu ses méthodes aussi hilarantes qu'efficaces, et dont Romain Duris se fait l'ambassadeur de charme, désopilant. C'est aussi l'occasion de retrouver la trop rare Vanessa Paradis, radieuse, dans un rôle un rien guindé qui aurait demandé un soupçon de folie pour être tout à fait exquis. De retournements de situations en quiproquos pas piqués des vers, nos accolytes (Julie Ferrier et François Damiens, génialissimes) vont devoir redoubler d'efforts et de stratagèmes toujours plus audacieux pour remplir leur contrat (superbe ersatz de Dirty Dancing). C'est très souvent jubilatoire, sans pour autant être parfaitement nouveau, tant il emprunte sans complexe aux autres films du genre pour mieux faire mouche. J'aurais aimé un final moins convenu...

l'arnacoeur 

*1h45 - français - by Pascal Chaumeil - 2010

*Cast: Romain Duris, Vanessa Paradis, Julie Ferrier, François Damiens, Helena Noguerra, Jacques Frantz, Andrew Lincoln...

 

tout ce qui brilleTout ce qui brille - 3_etoiles.jpeg (+)

 

Récit plus ambitieux qu'il n'y paraît d'une amitié inaliénable entre deux jeunes banlieusardes rêvant de vivre au-dessus de leurs moyens, Tout ce qui brille a la vivacité d'une comédie, la tension dramatique d'une intrigue sociale, l'émotion d'une romance, et le punch d'un premier film fichtrement réussi. Tout y sonne extrêmement - et étonnemment - juste, des dialogues aux situations, des réflexions de ses protagonistes en quête de reconnaissance sociales aux détails de la vie quotidienne, qui prêtent souvent à sourire tant ils sont bien croqués, adjuvés à un flot fluide et nourrit rafraîchissant, galvanisant, dont la sincérité fait immédiatement écho. La liberté de ton, la simplicité de la vie "réelle" et des aspirations que l'on a tous, en font un film accessible, populaire, vivifiant, et libérateur. Le tour de force réside sans nul doute dans cette approche sous-jacente de la banlieue, dénuée de toute intention de dénonciation ou de jugement, n'essayant même pas de faire le constat de quoi que ce soit, se contentant de suivre deux jeunes femmes moyennes, dans des familles moyennes, ayant des rêves "moyens" mais déjà trop grands. Hymne à l'amitié et à la vie, le film vaut tant pour sa complète réussite sur le fond et la forme que pour la découverte de nombreux talents, dont l'hilarante Audrey Lamy.

Revigorant.

tout ce qui brille  

*1h40 - français - by Géraldine Nakache, Hervé Mimran - 2010

*Cast: Géraldine Nakache, Leïla Bekhti, Audrey Lamy, Manu Payet, Simon Buret, Virginie Ledoyen...

Publié dans Box Office

Commenter cet article

pinksataniste 09/05/2010 21:33




C'est une très bonne façon de fonctionner, et transmettre son avis plus à moins "à chaud"/"sur le vif" rend
l'affaire d'autant plus intéressante. Et finalement, aurons-t-il tous besoin d'être davantage développé ?


Sinon, je n'ai vu aucun de ces films, mais ta note plutôt positive pour "mesures exceptionnelles" m'étonne
quelque peu, tant celui-ci est passé inaperçu quand il n'a pas été moqué.






Ashtray-girl 10/05/2010 12:05



Non, ils en seront pas tous d'avantage développé, c'est évident, raison pour laquelle ce "sum up" me paraît cohérent. Mais des films comme The
Ghost Writer par exemple méritent une analyse plus fouillée, que je lui (leur) consacrerait à l'occasion (et surtout si je le(s) revois).


Mesures Exceptionnelles n'a rien "d'exceptionnel" il est vrai. C'est un mélo, mais sympathique, pas tire-larme, somme toute assez insifnifiant
mais que j'ai regardé sans déplaisir. et puis le personnage d'Harrisson Ford est vraiment réjouissant, alors...